• Les oralbums...au secours !!

    Fut un temps, j'entendais parler que de ça en remplacements ou sur des forums de maternelle, alors je me suis intéressée de loin au support puis j'ai pu le découvrir dans une classe de TPS/PS en zone urbaine.

     

    • Les oralbums : qu'est-ce que c'est ?

    Les oralbums sont des livres grand format destinés aux enfants de classes maternelles. Chaque livre comporte une histoire (que l'on peut lire, raconter ou écouter car un CD est fourni) mais la spécificité de ce support réside dans le fait que l'histoire possède 3 niveaux de narration : un pour les PS, un pour les MS et un pour les GS. Les histoires sont souvent des contes traditionnels.

    Plus d'informations sur l'article de charivari

     

    Les oralbums...au secours !!  Les oralbums...au secours !!

     

    • Les oralbums c'est ce qu'il me faut dans ma classe de maternelle alors !!

    Eh bien...NON NON et NON ! Ce que je n'aime pas c'est que les histoires (à lire ou à écouter) sont justement écrites en utilisant la langue ORALE des enfants. Il y a donc des phrases du type "le petit chaperon rouge il va chez sa grand-mère" ou encore "Maxime, il va dans la forêt avec son papa." et là mes oreilles sifflent ! Imaginez-vous en train d'écouter un enfant qui raconte une histoire (si l'on met de côté la non-chronologie, les incohérences etc), cela revient à écouter une histoire des oralbums ! Je caricature mais on n'en n'est pas loin ! Ce que l'on cherche à l'école maternelle c'est principalement de structurer le langage, et d'amener les élèves à avoir des structures expertes, sans répétition du pronom par exemple, pour les amener vers l'écrit

    Voici une copie d'une description du produit trouvée sur amazon "Les Oralbums sont des supports innovants pour aider l'enfant, dès 3 ans, à développer et à construire son langage oral. Expérimentés depuis de nombreuses années, ils présentent des textes de l'oral, comme ceux que les conteurs disent, afin que l'enfant s'approprie plus aisément les compétences de production orale. Trois versions du récit sont proposées, adaptées à chaque niveau : une pour les petits (3 ans), une pour les moyens (4 ans) et une autre pour les grands (5 ans). La collection est conçue pour favoriser progressivement la construction de la syntaxe et l'enrichissement du vocabulaire : à ce titre, une liste des objectifs syntaxiques et le lexique rencontré figurent à la fin de chaque ouvrage. La mise en œuvre préconise une découverte collective puis individuelle de l'album, grâce notamment au CD audio qui permet à chacun de réécouter et de s'approprier l'histoire. Elle favorise les tentatives de restitutions du récit, avec le groupe classe puis individuellement. À terme, chaque enfant est invité à présenter seul l'album, ce qui constitue un entraînement efficace au récit oral en autonomie."

    En tant qu'adulte c'est plutôt assez affreux d'écouter ces histoires et quand on lit "Les Oralbums sont des supports innovants pour aider l'enfant, dès 3 ans, à développer et à construire son langage oral.", je cherche encore comment l'enfant va pouvoir :

    1. développer son langage oral en ayant pour support un texte basé sur le langage oral d'un enfant de son âge
    2. construire son langage oral en écoutant une histoire qu'il aurait pu dire exactement pareil (ou presque !)

    Sur amazon, on peut aussi lire "ils présentent des textes de l'oral, comme ceux que les conteurs disent" sauf que là encore, les conteurs comme on veut qu'ils soient à l'école ont un langage structuré qui permet justement aux enfants d'avoir un modèle oral structuré à reproduire afin justement de pouvoir développer et construire leur langage oral ! La construction de la syntaxe experte ne peut donc pas être construite avec les oralbums !

    Quant à la phrase "Elle favorise les tentatives de restitutions du récit" j'aimerais que l'on m'explique comment ce support permet à cette compétence d'être favorisée, en comparaison avec n'importe quel travail fait à partir de n'importe quelle histoire adaptée à des enfants de maternelle ? (ou alors c'est grâce aux images vendues à part et qui permettent de travailler avec les illustrations mais là encore, on peut en créer pour n'importe quelle histoire) La restitution de récit se travaille à partir de n'importe quel album (ou presque ?!).

    Très déçue de ce support retz alors que j'ai plein d'ouvrages géniaux de la marque que j'achète souvent en toute confiance, les yeux fermés...Et quand on lit "Direction de la collection : Philippe Boisseau" alors là je ne comprends vraiment mais alors vraiment pas comment on peut avoir un tel résultat avec du Boisseau qui est si formidable d'ordinaire !

     

    Des exemples chez littérature au primaire

    Un autre avis du même genre et avec d'autres exemples chez doublecasquette, chez abcdefgh et chez pedagoj

     

         

            Et si vous voulez vraiment travailler le côté conteur avec vos élèves en leur racontant des contes ou travailler l'écoute d'histoires, ce petit livre (pas cher ^^) sera votre ami !

            Je l'ai toujours sur moi pour mes remplacements et il y a (aussi !) des pistes d'exploitations des histoires. Les textes sont écrits dans le livre si vous voulez apprendre les histoires pour les raconter à vos élèves.

     

    « Le temps Peillon dans notre écoleDes petits autocollants pour changer ! »
    Partager via Gmail Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 23 Février 2014 à 18:35

    J'ai mis ton lien en ligne!

    J'ai eu la chance d'avoir une animation pédagogique avec l'auteur des Oralbums et sans explication la démarche peut sembler pour le moins bizarre. Je me souviens d'ailleurs avoir assisté à un débat houleux entre jeunes enseignantes (j'en faisais partie à cette époque!) et enseignantes un peu plus anciennes. Il s'agit en fait de faire progresser des enfants qui ne parlent pas ou très peu, notamment dans les écoles où les enfants arrivent sans parler le français, à partir d'un langage très simple et proche du langage parlé pour progresser vers un langage plus élaboré.

    Voilà un résumé de ce que j'ai pu entendre lors de cette animation.

    A titre personnel, je n'ai jamais eu l'occasion de mettre en oeuvre, donc pas de jugement pertinent à apporter!

    2
    Dimanche 23 Février 2014 à 18:40

    Merci !!

    Donc sous prétexte qu'ils ne parlent pas du tout ou pas notre langue on leur apprend à parler mal pour ensuite leur apprendre à parler correctement ? C'est étrange comme concept

    3
    Dimanche 23 Février 2014 à 18:53

    C'était justement le sujet du débat: les "jeunes" considéraient qu'il fallait les imprégner de textes littéraires pour que les enfants accèdent immédiatement à un niveau de langage élevé alors que les "moins jeunes" qui avaient plus d'expérience considéraient qu'il fallait y aller tranquillement pour ne pas créer un gouffre entre ce qui était attendu et ce que les enfants pouvaient réellement produire et comprendre. D'ailleurs lorsque nous nous écoutons pérorer en classe, nous utilisons souvent des formules telles que "Kevin, il a fait un beau dessin"... Si si nous le disons vraiment!

    Ceci dit, d'après ce que j'ai vu, certaines formules sont de tout de même maladroites...

    4
    Dimanche 23 Février 2014 à 19:00

    Tout dépend ce que l'on entend par niveau de langage élevé aussi ;-) Y aller tranquillement peut aussi se faire avec une syntaxe "juste".

    Je ne vois pas comment un oralbum peut amener à ca : "La manipulation de la langue permet aux enfants de s'approprier les règles qui régissent la structure de la phrase"

     

     

    5
    Mayleb
    Dimanche 23 Février 2014 à 19:07

    Quel livre recommandes-tu ? Il n'apparaît pas sur mon écran .

    Merci d'avance.

    6
    Dimanche 23 Février 2014 à 19:07

    Personnellement je pense que les albums echo sont beaucoup plus intéressants. Mais d'un point de vue commercial, les oralbums sont plus... bref!

    7
    Dimanche 23 Février 2014 à 19:10

    Mayleb : 10 histoires à écouter et à raconter aux maternelles ;-)

    C'est possible Mecarson

    8
    Pouète
    Lundi 10 Mars 2014 à 23:18

    Bonjour, si vous ne comprenez pas la démarche...rendez-vous dans une classe de CM, donnez un texte et admirez la non-compréhension des substituts, ils sont dans la grande majorité perdus. 

    Vous pouvez trouvez que c'est "moche" à lire pour un adulte mais ce livre ne vous est pas adressé...

    9
    Mardi 11 Mars 2014 à 08:08

    Si jamais personne ne travaille cette notion avant le CM on peut aussi se poser des questions...sarcastic

    10
    Jeudi 10 Avril 2014 à 17:22

    Décidément, ces oralbums nous font débattre! Plus encore, les albums échos sont un réel support pour aider des enfants qui n'ont pas acquis certaines structures syntaxiques. As-tu déjà pu en mettre un en place?

    11
    laflo03
    Dimanche 27 Avril 2014 à 09:52

    Je me permets d'intervenir car j'ai assisté à une conférence de Philippe Boisseau il y a peu. J'étais assez sceptique au début mais je comprends désormais mieux l'utilité de ces albums.


    En fait, ils permettent une progression langagière chez l'enfant dans le sens où ils leur offrent une structure dont ils peuvent s'emparer. Comme l'album écho, les oralbums permettent de proposer des structures plus développées que celle de l'enfant mais assez proche de son langage pour qu'il puisse s'en emparer.


    Je vais justement en utiliser un à la prochaine période pour travailler le langage avec mes maternelles. Il faut véritablement garder à l'esprit que l'on travaille la langue orale avec ces livres et non la langue écrite. Même si les structures ne sont pas expertes, elles représentent les marches à gravir pour arriver au langage adulte. Il faut voir ça comme une étape et non comme une finalité.

    12
    Dimanche 27 Avril 2014 à 19:34

    Je préfère largement les albums écho ;-)

    13
    Avis d'avis
    Jeudi 12 Février 2015 à 16:04

    Peut-être faudrait-il comprendre la démarche de cette collection avant de crier au scandal! Avez-vous vraiment lu l'ouvrage théorique découlant des recherche de Philippe Boisseau dont vous faites pourtant l'éloge? cf "Enseigner la langue orale en maternelle" - RETZ/CRDP. Si vous connaissez ses théories basées sur des années de recherches terrain alors je ne comprends pas pourquoi vous vous offusquez!!!

    14
    Jeudi 12 Février 2015 à 16:12

    J'en fais l'éloge car je pense que ces ouvrages sont à lire et j'ai acheté et lu celui sur l'enseignement de la langue orale. Pour autant cela ne signifie pas que je suis d'accord avec tout !

    15
    sol5
    Dimanche 21 Juin 2015 à 22:52

    Mon avis rejoint le tien... J'ai eu plusieurs fois des PS et des TPS. Le langage des albums n'est pas le seul auquel sont confrontés nos élèves, donc notre façon de parler est elle aussi modélisante. Et oui, je me surprends aussi à utiliser la tournure présentative ou insistante avec cette tournure bizarre (Lucas, il a ...). Mais je pense que ma façon de parler est largement assez suffisante pour modéliser de l'oral. Un livre doit rester un livre et modéliser le langage du livre. Quand aux conteurs, ils connaissent leur sujet par coeur et sont dans le langage du récit, pas celui de l'oral commentant des actions. Ce qui est amusant, c'est la différence de point de vue sur l'enjeu de l'enseignement de l'oral entre Boisseau et l'équipe de Toulouse. C'est celle-ci qui me convient le mieux... (et pas parce que je suis de Toulouse, lol)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :